mutuelle dentaire

Mutuelle santé Sénior

Garantie senior dès 55 ans à moins de 50 € par mois

Dentaire mutuelle soin

Soins dentaires, consultations chez le dentiste ou chez un spécialiste, prothèses dentaires, implants, facettes, orthodontie adulte, les soins dentaires dont on a besoin au cours d’une vie sont nombreux. Mais malheureusement tous ne sont pas remboursés par l’assurance maladie (loin de là!) et pour ceux qui le sont, cette dernière ne prend en charge que 70 % de la base de remboursement.

Il s’agit par exemple des consultations, soins préventifs ou conservateurs, extractions, prothèses amovibles ou encore des radiographies. Pour ce type de prestations, un mineur dont le dentiste pratique le tiers payant ne devra donc rien payer.

Choisir la meilleure mutuelle pour les dents

Implants, prothèses, actes esthétiques, des soins très coûteux pour lesquels plusieurs niveaux de couverture peuvent exister… Les complémentaires santé offrent même des prises en charge allant jusqu’à 570 % des bases de remboursement de la Sécurité Sociale.

Il est nécessaire d’être attentif aux plafonnements. En effet, les remboursements des prothèses dentaires peuvent être très limités à un ou deux actes par an seulement.

Le remboursement en pourcentage : fixé en pourcentage du tarif de convention de l’Assurance maladie, il peut atteindre jusqu’à 800 % de celui-ci. Ainsi, une mutuelle dentaire proposant par exemple un taux de 500 % vous remboursera jusqu’à 5 fois le montant de la part prise en charge par la Sécurité sociale.

Très mal pris en charge par la Sécurité sociale, les frais dentaires justifieraient à eux seuls que l’on souscrive une assurance santé complémentaire. En effet, ils sont seulement remboursés à hauteur de 70 % sur la base des tarifs conventionnels. Bien avant d’avoir de gros besoins de soins dentaires (dévitalisation d’une dent, traitement d’une carie, implants,…), il est préférable de vous rendre régulièrement chez le dentiste pour procéder à un examen préventif.

Mutuelles dentaires : les remboursement pour :

Les consultations dentaires.

Les soins dentaires :

Sachez tout d’abord que les tarifs des prothèses dentaires sont libres. Comprenez donc par là que la base de remboursement est largement inférieure aux tarifs pratiqués en réalité. Encore une fois, l’assurance maladie prend en charge 70 % de cette base de remboursement. 

Les soins dentaires en chiffres

  • 42 525 chirurgiens-dentistes sont recensés en France en 2018
  • Le délai moyen pour obtenir un rendez-vous est de 28 jours
  • 45% des Français ont renoncé à des soins dentaires en raison du coût du traitement
  • Le prix d’une couronne en céramique se situe entre 600€ et 1 500€ selon la région
  • Le prix d’un appareil dentaire pour enfant se situe entre 850€ et 1 000€ par semestre
  • Environ 400 000 implants sont posés chaque année

Sources : dentaly.org

Les prothèses dentaires :

Dans cette partie, il nous sera impossible de reprendre toutes les prothèses et d’en calculer le prix. D’abord, parce que ce prix est librement fixé par les praticiens, même s’il est limité aujourd’hui à 550 € pour les couronnes par exemple. Mais surtout parce que notre but n’est pas de calculer chaque cas, mais plutôt de délivrer un modèle permettant à chacun par la suite de faire son propre arbitrage entre le prix de la prothèse, le montant remboursé par la mutuelle suivant le niveau de garantie et le prix de la cotisation. Nous allons donc prendre un exemple commun, celui d’une couronne, dont les montants de remboursement sont donnés par toutes les garanties que nous avons pu traiter, et lui fixer un prix moyen constaté en France. Ensuite, vous pourrez extrapoler sur toutes les autres prothèses quand vous recevrez le devis de votre chirurgien dentiste.

Faites attention aux plafonnements des mutuelles : souvent, les mutuelles remboursent vos prothèses dentaires dans la limite d’un certain plafond. Par exemple : 500 € par an et par bénéficiaire. Lisez donc attentivement les conditions générales de votre contrat.

Il faut par ailleurs savoir que la position de la dent soignée et le matériau utilisé pour la prothèse décideront de l’affectation du soin dentaire à l’un des trois paniers. Par exemple, seront comprises dans le panier sans reste à charge les couronnes céramo-métalliques et bridge pour les dents du sourire, et les couronnes métalliques pour toutes les dents. Si le patient souhaite avoir plus de liberté dans le choix de sa prothèse, il devra opter pour le panier aux tarifs maîtrisés ou le panier aux tarifs libres et devront compter sur sa mutuelle pour prendre en charge le remboursement.

Ainsi, selon que la mutuelle dentaire rembourse à 300 %, 400 % ou 600 % de la BRSS et en fonction du type de prothèses.

Le remboursement des actes et prothèses hors nomenclature : certaines prothèses sont utilisées comme des supports pour les couronnes, elles ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale (le cas des couronnes provisoires à titre d’exemple).

Chirurgien dentiste, il est nécessaire de rétablir la vérité. Le dentiste ne se contente pas « d’acheter » une prothèse au prothésiste pour la poser en bouche. Les soins dits conservateurs (carie simple, dévitalisation, extraction, detartrage) sont très mal honorés en France et moins bien que dans les pays low cost comme la Hongrie.Un dentiste perd de l’argent.

Un cabinet avec une assistante doit effectuer environ un CA de 200 euros/heure pour gagner honnêtement sa vie ( Bac +6 et dans mon cas 25 ans d’expérience), une dévitalisation sur une molaire est facturée 89 euros pour près d’une heure de travail, je perds de l’argent à effectuer cet acte. Il n’y a pas de secret, pour pouvoir équilibrer les finances du cabinet, le prix de la prothèse est plus élevé, mais c’est surtout le remboursement de la SS qui est ridicule.

Comment font les dentistes de réseaux ou de centre low cost ? Il ne reçoivent pas d’enfants, pas d’urgences, et récupèrent les patients juste pour faire la prothèse un peu moins chère mais cela est alors rentable pour eux. Ceci ne durera qu’un temps. Bref continuons comme cela, quand les soins ne seront plus honorés, on ne trouvera plus que des dentistes qui ne vaudront que ce qu’ils sont payés c’est à dire pas grand chose.

Les implants dentaires :

La réforme du 100 % Santé ne concerne que les prothèses dentaires. C’est-à-dire que vous pourrez être intégralement remboursé pour une couronne dentaire, mais pas pour un implant dentaire par exemple.

L’orthodontie :

Dernier point, et non des moindres, l’orthodontie. Sachant que le prix moyen d’un semestre d’orthodontie varie entre 450 € et 2 000 €, en fonction de la complexité de l’appareil et du choix des bagues métalliques ou céramiques, nous avons décidé d’opter pour un coût semestriel moyen de 1 200 €.

C’est un coût que vous risquez de rencontrer assez souvent et en plus, pour nos calculs, il a l’avantage d’être rond. Encore une fois, le but de ces calculs n’est pas de répertorier tous les cas de figure, mais plutôt de comprendre comment fonctionnent les mutuelles et de déterminer un point de comparaison entre elles.

Nous l’avons noté plus haut, les semestres de soins en orthodontie sont remboursés à 100 % sur la base de 193,50 €. Pour faire plus simple, nous partirons sur le chiffre de 387 €, qui représente donc une année complète.

Si vous avez plus de 16 ans et que vous souhaitez vous faire poser un appareil afin de redresser vos dents, n’oubliez pas qu’une mutuelle pour orthodontie enfant ne vous sera d’aucune utilité. La sécurité sociale ne participe pas aux dépenses pour l’orthodontie adulte. Seule une assurance spécifique pourra vous aider financièrement.

De plus, les mutuelles orthodonties de premier choix allouent des forfaits spéciaux de l’ordre de 500 €/an en moyenne pour couvrir les frais d’orthodontie des adultes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *